Besoin d’aide? Contactez-nous dès mainteant: 450 768-6995 Faites un don dès aujourd'hui .

Maison ACFA

Photos: 
La maison de répit
La grande ouverture

Au Cœur des Familles Agricoles (ACFA) a été légalement constituée en date du 4 décembre 2003 et possède un statut d’organisme à but non lucratif de bienfaisance.

ACFA est un organisme à vocation sociale qui a vu le jour en 2001, dans la région de la Montérégie Est. L’organisme est né du besoin ressenti par une intervenante psychosociale issue du milieu agricole. Témoin de nombreux cas de détresse chez les producteurs agricoles alors qu'elle travaille avec eux au dossier des transferts de fermes, elle a alors l’idée de créer un organisme capable de leur venir en aide sur le plan psychosocial. Malgré des ressources limitées, ACFA a, en moins de 10 ans, réussi à étendre ses services à tout le Québec et sa notoriété à travers le Canada et outremer.

Essentiellement, ACFA se définit comme un réseau d’entraide qui s’adresse principalement aux familles agricoles. Le but recherché consiste à créer et à implanter des conditions propices à une meilleure santé globale en milieu agricole.

L’organisme ACFA est géré et administré par un conseil d’administration composé de 11 personnes provenant du milieu agricole et du domaine de la santé. Différents secteurs de la production agricole sont représentés allants de la production laitière, céréalière, porcine en passant par la production en serre.

La raison d’être

De tout temps, le stress a fait partie de la vie des familles agricoles. Cela se comprend : elles sont à la merci de nombreux facteurs impondérables. Il suffit de penser à la température, aux fluctuations des prix du marché, aux épisodes de maladies des troupeaux, aux difficultés financières, au manque de relève, à la rareté de main-d’œuvre ou autres situations qui surviennent sur la ferme pour comprendre que, pour ces travailleurs, la meilleure façon de tirer leur épingle du jeu est d’apprendre à gérer leur stress.

À l’heure de la mondialisation et des nouvelles technologies, la pression qui pèse sur les épaules des familles agricoles fait surgir de nombreux cas de stress. Particulièrement lourdes à porter, les difficultés financières obligent certains de ces gestionnaires à mettre les bouchées doubles sans que les profits soient au rendez-vous. Ce qui a pour conséquence, depuis une bonne quinzaine d’années, de voir notre agriculture faire face à un phénomène d’érosion sans précédent.

Plus l’entreprise rencontre des difficultés, plus la famille déploie d’énergie pour maintenir ses affaires à flot et plus son équilibre se fragilise, jusqu’au jour où les désordres psychologiques s’installent. Comme les producteurs sont peu portés vers la consultation, souvent par manque de temps, mais aussi à cause de leur isolement, les problèmes se sont souvent aggravés lorsqu'un appel à l’aide se fait entendre. Si certaines productions demeurent prospères, d’autres finissent par mettre la clé dans la porte. Refusant l’échec, les producteurs agricoles s’entêtent à livrer  bataille, hypothéquant lourdement leur santé physique et mentale. La ferme vient en tête des priorités d’un producteur. Par conséquent, la santé est souvent reléguée aux oubliettes. Inutile de dire que ceux qui touchent le fond du baril commettent souvent l’irréparable. Aussi, lorsqu’il se résigne à consulter, le problème a déjà atteint un stade critique. Fier, orgueilleux et méfiant, l’agriculteur protège son intimité et discute rarement de ses difficultés.

Au Québec, dans plusieurs cas, les fermes sont transmises de génération en génération et souvent léguées aux fils dans la famille. La relève masculine est préférée par tradition et les femmes doivent souvent en faire plus pour prouver leur compétence et leurs capacités. Elles sont souvent reléguées à des tâches connexes et  de bureau et les responsabilités sont laissées aux hommes pour  la reprise de l’entreprise familiale. Dans plusieurs cas, peu de femmes possèdent ou héritent des parts de la ferme et ne  bénéficient ainsi, d’aucune sécurité financière. Comme noyau de la famille, la femme est celle qui subit le plus haut niveau de stress. Le fait que travail et famille ne font qu’un en agriculture peut souvent envenimer la situation. Bref, toute la famille finit par écoper.

La vision, la mission et les buts visés

La mission d’ACFA consiste à créer et à implanter des conditions propices à une meilleure santé mentale en milieu agricole pour l’obtention de résultats durables. La population agricole, incluant familles, employés, relève, étudiants, retraités, ainsi que les gens d’affaires du milieu, constitue sa clientèle première. L’organisme agit comme «aide et référence» dans ce milieu, fournissant un soutien qui varie en fonction de l’urgence de la demande.

Son rôle est multiple :

  • Offrir des services de 1ere ligne pour les demandes d’aide et les urgences
  • Jouer un rôle d’agent de liaison entre ceux qui ont besoin d’aide et ceux qui veulent aider (intervenants professionnels ou aidants naturels)
  • Former et mobiliser les collaborateurs du réseau de la santé et des services sociaux et du milieu des affaires agricoles (intervenants, gens d’affaires du milieu agricoles)
  • Créer une synergie avec un minimum de ressources
  • Sensibiliser la population en général et les intervenants agricoles (étudiants, milieu des affaires agricoles,  etc.)
  • Représenter ACFA auprès des autorités et des diverses tribunes

Par la force des choses, ceux qui ont toujours mis l’entreprise au premier rang de leurs priorités doivent se réapproprier la notion d’équilibre. Afin d’aider les producteurs dans cette démarche, ACFA a décidé d’offrir un service complémentaire et d’offrir aux producteurs en difficulté de prendre un temps de recul en leur offrant un service à l’image de leur réalité. C’est ainsi que la maison de répit en agriculture «Maison ACFA» vit le jour. La «Maison ACFA» permettra à la clientèle rurale agricole de prendre du recul, de mettre leur santé en avant plan et de créer les liens avec les membres de sa famille avant de retourner à l’entreprise. La ferme s’en portera tout aussi bien, sinon mieux.

Vers des solutions innovatrices

Voilà maintenant 10 ans qu’ACFA accompagne sa clientèle dans les moments de crise et de tempête. La maison de répit vient s’ajouter à une gamme de services hautement diversifiés, offerts avec la collaboration du réseau de la santé et des services sociaux, les organismes communautaires et les organisations agricoles. ACFA fournit de l’assistance aux clients et aux différents intervenants impliqués à la suite d’un séjour à la maison de répit et demeure en contact afin de répondre à toute situation.

La «Maison ACFA»

L’objectif de la «Maison ACFA» est d’offrir aux membres des familles agricoles en difficulté un havre de paix, en marge des activités trépidantes de la ferme, pour leur permettre de récupérer et ultimement, de retrouver la pleine possession de leurs moyens. L’approche privilégiée est celle d’une démarche de relation d’aide où interviennent des spécialistes en rapport avec les problématiques concernées.

  1. Viser le mieux-être des familles agricoles
  2. Offrir un milieu adapté aux agriculteurs dans le besoin
  3. Développer une boîte à outils sur mesure pour les familles agricoles afin de leur permettre de mieux gérer les situations de crise.
  4. Appuyer la relève agricole de demain
  5. Associer le milieu des affaires agricoles aux activités d’ACFA
  6. Assurer le suivi auprès de la clientèle
  7. Assurer la liaison avec les organismes partenaires

Les services sont gratuits et confidentiels. Dans un contexte de relation d’aide, les services de la maison de répit permettront aux membres de la famille agricole en difficulté de prendre du recul, de se détendre, de prendre une pause ou à tout le moins les accompagner dans leurs démarches afin qu’ils ne se sentent pas seul à traverser un passage difficile. Le fait d’être écouté et de partager avec des intervenants leur permettra de réaliser qu’ils n’ont pas épuisé toutes leurs ressources. Ils pourront ainsi se ressaisir et désamorcer la montée en spirale du stress.

Bien sûr, il n’y a pas que les difficultés financières, l’épuisement professionnel et les autres bouleversements justifient un séjour à la «maison ACFA». Des relations familiales tendues peuvent rendre le climat insupportable ou mettre l'organisation de la ferme sens dessus dessous. Le contexte de l’entreprise agricole amène famille, ferme et travail à se confondre, d’où la nécessité de devoir parfois en sortir pour permettre à certaines problématiques d’être exprimées.

La «Maison ACFA» permet de :

  • Offrir un havre de paix aux producteurs en difficulté;
  • Prendre du recul face à un problème sur la ferme ou dans la famille;
  • Ventiler leurs préoccupations par une écoute active;
  • Favoriser une prise de conscience;
  • Sortir du cercle vicieux de l’isolement;
  • Identifier les problématiques;
  • Chercher des solutions et faire renaître de l’espoir
  • Retrouver  l’équilibre : famille, travail, vie sociale, loisirs;
  • Offrir un accompagnement au moyen de ressources spécialisées;

La «maison ACFA» vient combler un besoin en offrant des services complémentaires à ceux d’ACFA. Grâce à l'aide de son service de première ligne, ACFA s’assure que les cas urgents sont traités avec diligence et que les clients sont dirigés aux bons endroits.

La clientèle rurale agricole

Un portrait type des clients de la «Maison ACFA» est un membre de la famille agricole en difficulté qui vit un stress important pour qui il serait bénéfique, pour des raisons de santé, de se retirer quelque temps de la ferme afin de favoriser une réflexion et un changement positif dans sa vie.

L’emplacement de la maison de répit

Le lieu privilégié pour la maison de répit est la ville de Saint-Hyacinthe, technopole  agroalimentaire du Québec, l’hôte d’événements agricoles d’envergure provinciale.  La discrétion du lieu et l‘intimité de son intérieur ont fait basculer le choix de cette maison pour accueillir la «Maison ACFA».

Maison ACFA

600 rue Benoît,  Saint-Hyacinthe, QC  J2S 1L6

Il est à noter que le choix de ne pas établir la «Maison ACFA» à la campagne a fait l’objet d’une évaluation de la situation des familles agricoles à la recherche d’aide. En période de stress intense, un producteur ne veut pas se retrouver dans un milieu qui le confronte quotidiennement avec la vision du travail à faire dans les champs. Se sentant incapable d’accomplir ses tâches quotidiennes, pour quelques raisons que ce soient, cette situation risquerait d’amplifier son niveau de stress sans lui permettre de prendre le temps ni le recul nécessaire pour trouver les solutions à ses problèmes.

L’aménagement de la maison

La maison comporte au rez-de-chaussée un grand salon avec de grandes fenêtres donnant sur la cour arrière et la piscine. Au sous-sol, on y retrouve les bureaux d’ACFA, l’accueil des clients et les bureaux du personnel administratif et d’intervention.

L’opération

La maison de répit a la capacité d’accueillir un maximum de quatre personnes ou  deux couples à la fois pour ainsi préserver le caractère privé de la relation d’aide. Chaque fois, ACFA s’assurera que les clients hébergés puissent cohabiter harmonieusement pour ne pas nuire à leur démarche. Des spécialistes du milieu agricole sont appelés à jouer un rôle de facilitateurs et deviennent ainsi des collaborateurs d’ACFA.

Il est primordial que les clients se sentent compris et appuyés dans la démarche entreprise au cours de leur séjour à la «Maison ACFA». Les clients ont accès à quatre chambres à coucher, un salon, une cuisinette, une salle à manger,  une salle de lavage et deux salles d’intervention ou de rencontres.

La priorité est le ressourcement et le temps de réflexion. En règle générale, les séjours seront maintenus de 2 à 4 jours et ne pourront excéder une semaine. Des temps de rencontres avec les intervenants alternant avec des plages de repos ou de loisirs assureront un juste équilibre afin que le séjour soit profitable à tous points de vue. En plus de la supervision directe et des suivis effectués par ACFA, une personne accompagnatrice demeurera sur place 24 heures sur 24 et sept jours par semaine, afin d’assurer une présence jour et nuit et un appui constant à la clientèle.    De plus, d’autres ressources spécialisées du domaine de la santé et des services sociaux ou du milieu financier agricoles sont appelées à collaborer et à poursuivre la démarche amorcée durant le séjour.

Le financement

La «Maison ACFA» a été entièrement financée par les partenaires du milieu agricole, les dons privés et une contribution de différents députés et des ministères de l’Agriculture, Pêcheries et Alimentation (MAPAQ) et de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) du Québec.

De plus, dans le cadre des Mesures de laboratoires ruraux du Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du Territoire (MAMROT), un projet pilote «Le travailleur de rang, une plus-value pour une qualité de vie en milieu rural» a fourni de l’aide supplémentaire pour établir la profession de travailleur de rang. Le projet a débuté en 2009 et se termine le 31 mars 2014.

Conclusion

ACFA s’est bâti un réseau sur ces piliers que sont la solidarité et l’entraide ce qui a permis à plusieurs familles de briser la solitude dans laquelle elles étaient emmurées. La maison de répit est une main tendue, une lueur d’espoir dans une démarche d’accompagnement.

Garder l’agriculteur en santé… c’est garder l’agriculture en affaires.

Nous y croyons…..et VOUS ?